NOS BIÈRES

Voici les différentes bières proposées par notre brasserie:

Blonde vénitienne (6% vol.) Disponible en 33cl, 75cl, fûts 20 et 30  L.

Recette de type Américan Pale Ale. Un style de Ale au caractère houblonné et sec. Les arômes sont fruités et floraux. Légère amertume persistante en bouche. Rafraîchissante, elle est produite toute l’année. Houblons : Challenger, Willamette, Styrian Goldings

(International Bitterness Unit : 35)

Bière Noire  (7% vol.) Disponible en 33cl, 75cl et fûts 20 L

Extra Foreign Stout irlandaise. L’eau dure de la région est bonne pour cette bière foncée. Élaborée en partie avec du malt grillé et très torréfié, elle est riche en bouche, grillée et amère sur la longueur. Un arôme de réglisse pour le nez. C’est une bière de saison brassée uniquement en automne pour l’hiver.
(IBU : 50)

Rousse (5,5% vol.)
Rupture de stock jusqu’à nouvel ordre

Ale anglaise typique, Red ale ou Newcastle brown Ale. De couleur cuivrée foncée, cette bière est marquée par un caractère malté complexe. Le mélange de nombreux malts est équilibré par les trois sortes de houblons anglais Challenger, Fuggles, East Kent Goldings.
(IBU 28)

Blanche (5% vol.) 
Disponible en 33cl, 75cl, fûts 20 et 30 L

Bière de froment (ou de blé) typique allemande (weissbier). Caractère levuré au nez de banane et arôme fruit de la passion. Arômes plus ou moins présents selon température de dégustation. Rafraichissante et plaisante été comme hiver, elle est plus qu’une bière de saison, produite toute l’année. Houblons : Simcoe ou Mandarina Bavaria
(IBU 20)

Saison (6,5% vol.)
Disponible en 33cl, 75cl

Bière de Saison Belge ou « Farmhouse ale » elle présente la particularité d’être plus houblonnée qu’une saison classique. Bière aux céréales multiples (orge et blé), avec le Chinook un houblon américain qui lui confère un arôme d’agrume. Une amertume marquée et des arômes riches entre houblon et céréale.
(IBU 42)

ligne_jaune
Il est possible de louer une tireuse pour vos soirées ou évènements. Pour plus d’informations, nous contacter.

ligne_jaune

UNE BIÈRE SUR LIE

La P’tite Sœur n’est ni filtrée ni pasteurisée, après deux fermentations successives en fûts, elle en subit une troisième en bouteille. C’est à dire que le CO2 de la bière est du au processus naturel de l’action des levures. Celles-ci formeront une lie au fond de la bouteille. Il est donc conseillé de ne pas verser totalement le contenu pour ne pas altérer le goût et l’aspect de la bière. La levure riche en vitamine B1 et protéines pourra ensuite être bue.

Grâce à ses levures toujours vivantes, la bière pourra s’affiner avec le temps, son goût et ses arômes continueront à évoluer selon la température et le temps de garde; son caractère se complexifiera avec le temps. Vous pouvez donc les laisser vieillir en cave (12-20°c) pendant plus d’un an en évitant les variations de températures et en la stockant debout. Ceci est particulièrement recommandé pour les bières foncées ou fortes (rousse, noire…)

TYPE DES BIÈRES

Nous élaborons des bières de haute fermentation nommées Ale. Ce terme regroupe beaucoup de style de bière : les bières belges, de saisons, de garde, stout, pale ale et bien d’autres. Elles représentent une palette riche en goût, en arôme et couleurs.

L’appellation de haute fermentation est due à l’utilisation d’une levure « haute » appelée Saccharomyces cerevisiae. Cette méthode permet d’obtenir de plus forte teneurs en alcool   ainsi qu’une palette d’arômes riche et complexe. Et produit généralement moins de CO2 que les bières de fermentation basse.

ÉLABORATION DE LA BIÈRE

L’alchimie de la bière débute à la malterie. On y malte l’orge : celui-ci est trempé et germé afin d’obtenir l’amidon nécessaire puis touraillé (chauffé) à différentes températures. On obtient alors du malt blond, caramel ou torréfie comme du café. Le choix du malt détermine la couleur et l’arôme principal de la bière.

Arrivé à la brasserie, le grain est d’abord concassé. Ensuite vient le moment du brassage où l’on trempe le malt dans l’eau chauffée à différents paliers de température, cette étape dite de saccharification permet de transformer l’amidon en sucre, et d’obtenir le moût, qui est ensuite filtré du grain appauvri. Le moût sucré ainsi obtenu passe dans le chaudron pour y être cuit à 100°c. On ajoute les fleurs de houblon pendant cette cuisson, celles-ci donneront de l’amertume, des arômes floraux, épicés ou herbeux à la bière selon le temps d’infusion et le type de houblon.

Le moût est ensuite rapidement refroidi à 20°c (température idéale pour les levures hautes) grâce à un échangeur thermique à plaque et mis en fût pour une première fermentation. Dans le même temps on introduit les levures et on oxygène le moût, ainsi la «magie» de la fermentation peut commencer.  Elle s’effectuera grâce à quelques centaines de milliards de cellules de levures qui travailleront à produire l’alcool et du CO2, et à développer leurs goûts typiques. Quatre à cinq jours (toujours à 20°c) suffiront pour que les levures se développent, consomment l’oxygène ainsi que la plupart des sucres simples. Après avoir épuisé leur «nourriture», la plupart meurent et tombent au fond du fût formant une lie épaisse, les survivantes restent en suspension dans le moût (et permettrons la fermentation en bouteille).

On effectue ensuite une fermentation secondaire en fût pour séparer la future bière de cette lie et affiner le travail à une température de 15 à 5°c, pendant deux à trois semaines.   La dernière fermentation s’effectue en bouteille, en ajoutant du moût sucré (réservé puis congelé lors du brassage) à l’embouteillage. La bière va pouvoir mûrir et créer naturellement, grâce à cet apport en sucre, son gaz pendant un séjour de deux semaines dans une chambre à 20°c. Les bouteilles sont ensuite transférées dans a chambre de garde à l’abri de la lumière et à une température stable de 13°c.

Laisser un commentaire